Pour acheter un tableau de Jijicé ou Fablyrr…

Publié 14 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Muses et Merveilles

Tags: ,

Pour les personnes intéressées par les tableaux exposés, en ce mois de mars, des artistes « Jijicé » et « Fablyrr », voici ci-après la liste des œuvres ainsi que leurs tarifs. Contactez-moi via le blog pour en savoir plus ou par mail (luxymerveilles -at- yahoo.fr)

Pour Fablyrr

A Elizabeth Bathory 53×73,5 cm 140 €

B Bit’Litt’ 53×73,5 cm 140 €

C Médée 60×80 cm 140 €

D Sirène 41×51 cm 120 €

E Banshee 41×57 cm 120 €

F Harpie 53×73,5 cm 140 €

G Mary Shelley 63×83 cm 160 €

H Red Sonja 34,5×49,5 cm 90 €

I Valkyrie ²45×55 cm 140 €

Pour Jijicé

1 Salomé 30×40 cm 80 €

2 Fille de Babylone 30×40 cm 80 €

3 Justine 40×50 cm 105 €

4 Déploration 40×50 cm 105 €

5 Méduse 40×50 cm 105 €

6 Désirs 30×42 cm 80 €

7 Adoration 40×50 cm 105 €

8 La côte d’Adam 40×50 cm 105 €

9 Cauchemar 30×42 cm 80 €

10 Naissance 50×65 cm 120 €

Publicités

Exposition – Zariel – du 07 avril au 05 mai 2010 – Paris

Publié 10 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Agenda

Tags: , ,

J’espère que vous serez nombreux à venir au café littéraire et au vernissage, ce samedi,  de l’exposition en cours.

D’aventure, si vous deviez manquer l’événement, sachez qu’une autre exposition se prépare. L’artiste avec lequel nous avons eu plaisir à travailler pour vous est Zariel, que vous avez certainement croisé sur la toile.

L’exposition se déroule dans un petit bar charmant du 18ème, Chez Marlusse et Lapin. Le vernissage aura lieu le jeudi 08 avril à 20h.

Quoiqu’il en soit, venez donc trinquer avec nous en l’honneur de l’artiste, mais aussi des Muses qui auront su l’inspirer.

Et comme on parle beaucoup de goodies en ce moment, si vous appréciez le travail de Zariel, et que vous voulez soutenir notre association, deux cartes postales seront à la vente ce soir là au tarif de 1€ chacune.

Nous réfléchissons actuellement au moyen de mettre ces cartes en vente par la suite par le biais de la correspondance.  C’est pourquoi vous trouverez bientôt une nouvelle rubrique à ce blog. Rubrique « Boutique » dans laquelle vous pourrez également commander les sets de correspondance avec les visuels de Yogh.

A très bientôt, sur nos événements, ou sur la toile!

Qui sommes-nous?

Publié 6 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Muses et Merveilles

Pour commencer, Muses et Merveilles est une association à but non lucratif, créée dans une volonté de connaissance, rencontres, échanges…

Notre objectif est la promotion de l’imaginaire que ce soit sous forme littéraire ou d’arts plastiques. Nous souhaitons soutenir des artistes dont nous aimons le travail et qui n’ont peut-être pas encore la reconnaissance qu’ils méritent. Nous espérons les faire se rencontrer et bien entendu leur faire rencontrer le public au travers :

  • d’expositions spécifiques
  • d’expositions croisées
  • de cafés littéraires
  • de séances de dédicaces
  • de séances de lecture
  • d’ateliers d’écriture

Tout cela, bien sûr, prendra du temps, nous ne sommes pas des muses, mais de simples bénévoles. La réussite de ce projet dépendra aussi de vous. A savoir, si vous manifestez un intérêt pour les actions engagées et que les expositions feront salle comble, ou les cafés littéraires ne désengorgeront pas d’un public friand de questions.

Pour nous aider à financer nos projets, vous pouvez adhérer, ou acheter les quelques articles que nous mettons à la vente. Les bénéfices serviront à organiser les expositions, par exemple, ou pouvoir faire déplacer des auteurs en les défrayant.

Nous souhaitons ainsi, aider les artistes dans leur volonté de vivre de leur art, leur passion.

Il était une fois… Muses et Merveilles

Publié 6 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Muses et Merveilles

Il était une fois, une petite sphère céruléenne, drapée d’amas cotonneux et cernée d’un dais d’ébène piqué d’une infinité de diamants.

Ce n’était qu’au matin, à la lumière de l’astre impérial, que l’orbe azuré révélait ses splendides atouts, déployant mille et unes couleurs pour ravir la pupille des Hommes.

Sous la caresse chaude du Soleil, chacun pouvait contempler l’écarlate d’un coquelicot, le carmin d’une bouche aimée, l’anis d’une jeune pousse, l’émeraude d’une pierre, l’indigo d’un pétale froissé, le cuivre d’une chevelure inconnue, l’albâtre ou le mordoré d’une peau alanguie.

Quand le disque solaire se couchait, exténué d’avoir dardé ses rayons, alors, sa sœur le bordait et veillait à sa place, conservant, tel un miroir, la lumière de son aînée.

Dans un halo argenté, les couleurs diurnes s’atténuaient dans la prunelle des Hommes, et les camaïeux d’ombres s’éveillaient.

Comme une féerie, les plantes prenaient des teintes anthracite, les minéraux, un masque cendré et les êtres de la nuit, une présence d’encre.

Il en était ainsi depuis l’éternité, l’astre d’or réchauffait les cœurs et les corps, dévoilait les chatoiements, tandis que la Lune changeante, globe opalin, reflétait les âmes et nourrissait les songes.

Il était une fois, des muses, petites fées ailées soufflant des rimes aux oreilles des poètes, esprits intangibles guidant les mains de l’artisan sur la terre, déesses antiques guidant les plumes et pinceaux sur les parchemins, vents de folie insufflant des mots dans la pensée des créateurs.

Il était une fois, des merveilles, œuvres de Gaïa, éclairées par les deux sœurs, louées par les Hommes qui s’attelèrent à la tâche d’en concevoir d’autres, différentes, mais elles aussi impérissables et splendides, donnant corps aux rêves les plus enchanteurs ou aux cauchemars les plus effroyables.

Alors naquit Muses et Merveilles.

Un lieu, une énergie, une entité impalpable désireuse d’amener les Hommes sur le chemin de ces beautés.

Leur faire poser le regard sur ce qui anime le cœur, les pensées, l’amour et les révoltes.

Qu’ils puissent admirer des œuvres, et en connaître leurs artistes.

Muses et Merveilles, l’histoire de rencontres…

Rencontres avec l’art et l’imaginaire.

Pour que chacun puisse s’envoler vers un apaisement, un soulèvement, une question, une extase

Figures Féminines dans l’Imaginaire – mars 2010

Publié 6 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Agenda

Tags: , , , ,

Croisé avec une exposition de Fablyrr et Jijicé, nous vous annonçons notre prochain café littaire.

Thème : Figures féminines dans l’imaginaire
Date : 13 mars 2010
heure : 17h
Lieu : Kata Bar (M° Blanche)

Animatrice : Charlotte Bousquet
Intervenants :
* Jean-Michel Calvez
* Virginie Barsagol
* Mélanie Fazi
* Patricia Crouan-Véron

Vernissage expo à 19h, même jour.

Femmes : figures de l’imaginaire
Le café littéraire

Dangereuses séductrices et visages de mort dans la Grèce antique, belles dames sans merci, vierges innocentes ou démones assoiffées de sang, les figures féminines représentent souvent l’inquiétante étrangeté, qui à la fois interroge et questionne celui qui y est confronté. Altérité troublante ou terrifiante, elles sont également  fées et dissimulent sous des ailes trop souvent mièvres et galvaudées une nature passionnée, sensuelle et rebelle. Quelles étaient – quelles sont encore – les raisons de telles représentations ? Quels en étaient les enjeux ? Ces archétypes qui ont structuré une grande part de notre culture, débordant largement du cadre « imaginaire », sont-ils encore d’actualité ? Si tel est le cas, quelles questions posent-ils ?
Invités : Patricia Crouan-Véron (L’espace et le temps dans le cycle de Allan Quatermain et de She. Une relecture des deux cycles mythiques de H.R. Haggard, ANRT 2002), Virginie Barsagol (Le guide des fées : regards sur la femme, Actu SF 2009), Jean-Michel Calvez (Manières noires, Actu SF, 2008, « Libera  me », « L », CDS éditions 2009, « La bonne aventure », Identités, Glyphe 2009, etc.) et Mélanie Fazi (Serpentine, Notre-Dame aux-écailles, Bragelonne 2008, etc.)
Animatrice : Charlotte Bousquet.

L’exposition
L’un utilise principalement les crayons et l’encre de Chine ; l’autre, l’acrylique et les pigments. L’un explore l’érotisme et la mort ; l’autre joue avec les contrastes et le fantastique. Tous deux, cependant, questionnent  inlassablement l’autre – part d’ombre, altérité – à travers leurs œuvres. Tous deux dévoilent, par leur approche singulière des ces Femmes : figures de l’imaginaire, des seuils inconnus qu’il appartient aux spectateurs de franchir.

Jijicé taquine du crayon le papier blanc depuis son plus jeune âge. Son cursus professionnel dans le monde matérialiste de la finance et ses autres hobbies ne lui avaient pas laissé jusqu’ici le temps de se consacrer comme il le souhaitait au dessin et à la peinture, mais aujourd’hui, il en va tout autrement. Son artbook, des Vierges et des Tombeaux, est paru en 2009 chez CDS éditions.
Site : http://www.jijice.com

Fabien Fernandez crée des univers aussi diversifiés que possible à l’aide de méthodes traditionnelles et modernes. Outre différentes expositions, il a réalisé des couvertures pour plusieurs maisons d’éditions ainsi que l’affiche du festival polar Du Sang sur la page, en 2007. L’an dernier, il a créé le jeu de rôles Project : Pelican, finaliste du GROG d’Or 2009. Prochaine parution : Croquemitaines, album aux éditions du Mont.
Site : http://www.fablyrr.com

L’Armoire aux Epices

Publié 6 mars 2010 par luxymerveilles
Catégories : Les interviews

Tags: , ,

L’Armoire aux Épices est une association déclarée loi 1901, qui a pour objectif la promotion de la littérature érotique par l’édition du fanzine Piments & Muscade, ainsi que du webzine Vanille Givrée.

L’équipe de Muses et Merveilles a trouvé intéressant de porter à votre attention cette association qui cible non seulement les auteurs qui écrivent des scènes érotiques, mais aussi les amateurs du genre que ce soit par la lecture de divers ouvrages ou même d’autres genres artistiques. Ainsi, sur le forum, vous pourrez trouver des fils de conversation sur la photographie ou le graphisme. Pour ceux que cela intéresse, vous pouvez également participer à des sujets sur les pratiques érotiques en général, d’un point de vu « vécu » ou des phantasmes.

Pour vous présenter L’Armoire aux Epices, le mieux est encore une petite interview que voici :

MetM : Bonjour L’AaE et Merci de répondre à nos questions.
Merci de nous recevoir, Muse. C’est toujours un plaisir !

MetM : Peux-tu nous raconter comment est né le projet de l’AaE ?
A l’origine, nous avions eu une discussion plus ou moins sérieuse sur la difficulté d’écrire des scènes érotiques. Nous voulions ouvrir un blog pour tester sur des lecteurs les scènes érotiques de nos textes pour nous améliorer. Il s’appelait Tabou érotique. Finalement, nous avons décidé d’offrir des supports dédiés aux textes érotiques dans l’objectif de mettre en valeur des auteurs et illustrateurs de talent tout en régalant les lecteurs.
A force de travail et de réflexion, nous avons lancé l’Armoire aux épices, son fanzine Piments & Muscade et son webzine Vanille Givrée.
Tout est allé très vite : début janvier 2008 nous entamions l’aventure et, neuf mois plus tard, le 21 septembre, paraissait le tout premier Piments & Muscade.


MetM : Créer une association, faire vivre un projet associatif n’est jamais aisé. Quelles ont été, et quelles sont encore, les difficultés auxquelles vous vous êtes confrontées ?

Créer une association n’est pas très compliqué en soi. Notre difficulté majeure est la plus simple du monde : nous travaillons. L’Armoire aux épices est une activité bénévole qui demande du temps, temps que nous n’avons pas toujours, malgré l’envie que ça fonctionne. Par cycle, nous nous relayons. Heureusement, petit à petit, nous avons recruté sur le volet des membres pour l’association, ce qui nous a permis de tenir financièrement et d’avoir de très sérieux coups de main pour les illustrations, les corrections, et les décisions importantes.
La vitalité de l’Armoire se traduit aussi par celle de son forum, et les membres du forums sont géniaux. Ils sont d’un grand soutien également. Alors nous les remercions chaleureusement, tous, d’être avec nous.

MetM : J’ai lu presque tous les numéros du fanzine Piments et Muscade paru jusqu’ici. J’ai été agréablement surprise de la qualité montante de ces petits recueils mêlant nouvelles et illustrations. Peux-tu nous expliquer le fonctionnement du fanzine, le choix de son contenu, sa ligne éditoriale, qui sont les participants, la fabrication ?

Comme beaucoup d’éditeurs de fanzine, nous lançons des appels à textes et illustrations. Nous essayons de choisir des thèmes qui amènent de la légèreté et de l’humour tout en ayant un potentiel sensuel car c’est tout de même la raison d’être de l’Armoire !
Au départ, n’étant pas connue, l’Armoire a reçu des textes dont certains étaient très au-delà de la notion d’érotisme que nous essayons de véhiculer, et cela nous a fait un peu peur tout en nous faisant rire. A présent que nous avons publié 6 P&M et 7 VG, les auteurs et illustrateurs peuvent mieux cerner nos attentes.
L’Armoire a pris deux légers tournants depuis ses débuts : si un texte a un message important à faire passer, même s’il n’est pas léger, comme ce qui est normalement notre ligne éditoriale, nous le publions quand même. C’est le cas par exemple avec Un ange est venu ce soir de Nathalie Dau (n°2) ou Parlez-moi d’amour, de Frédéric Nérinckx (n°5).
De la même manière, nous sommes allées plus loin dans l’érotisme « sexuel » et pas seulement « sensuel » avec des textes comme Adèle et Fabio, de Lulu Timbrique (n°2) ou Oxana au plus haut des cieux d’Anna Galore (n°2) qui ont beaucoup surpris.
Pour le fonctionnement de base, il est simple. Nous lisons et sélectionnons les textes et illustrations, ensuite nous répondons aux participants et là commence le gros du travail – encore que répondre à chacun de manière un peu personnalisée demande parfois des nerfs solides et, toujours, du temps. Ensuite nous procédons aux corrections avec l’aide de l’équipe de Piments, à la mise en page et au choix du ruban. Voila, il n’y a plus qu’à savourer… et à se mettre au boulot pour le suivant !

MetM : Je te pose la même question concernant le webzine Vanille Givrée. Peux-tu nous en expliquer le concept ?
Le concept de Vanille est un peu particulier. C’est un webzine à appels thématiques semi-permanents. Nous lançons un appel à textes et illustrations, sans délai, jusqu’à ce que nous recevions assez de matière pour publier 3 numéros. Ensuite, l’appel est clos et nous en lançons un nouveau.
Ce format très souple permet beaucoup d’excentricités : par exemple, nous avons pu lancer un appel spécial Graines de Sésame (n°6) qui regroupe 15 textes de 400 signes, le texte de Noël à six mains est paru sous ce format-là (n°2, Surprise de Noël).
Le but de Vanille est de mettre en avant un auteur et un illustrateur donc un texte et une illustration seulement. C’est pourquoi 3 publications, ça devrait aller vite. Pourtant l’absence de délai est souvent un frein : les gens travaillent mieux sous pression ! Pour P&M, la plupart arrivent dans la dernière semaine. Là, le temps s’étire… Nous sommes obligées de rappeler régulièrement l’existence du webzine, alors que les lecteurs apprécient d’avoir un texte pour se maintenir au chaud entre deux Piments.
Cela dit, travailler sur Vanille est très agréable. Sur un support numérique, on peut envisager beaucoup de choses. Pas de limitation de format – du coup, Vanille est carré, comme beaucoup de livres pour enfants, ce qui collait parfaitement au détournement des peluches dans le premier thème – et nous pouvons envisager une évolution originale.
Actuellement, nous travaillons sur le thème des « Retrouvailles » et le premier texte que nous publierons sera un peu polar. Cela ouvre bien des perspectives !

MetM : Et concernant le forum ? Parles-nous de ce lieu d’échanges. Qu’est-ce que l’internaute intéressé par le sujet va pouvoir y trouver ?
Notre forum est à la fois notre vitrine, un refuge et un défouloir. Sur la première partie du forum, « Actualités », on trouve tout ce qui à trait à l’Armoire, ses annonces, son fonctionnement, ses parutions. Le lecteur peut venir y déposer son avis sur les parutions, nous sommes toujours contentes d’avoir des retours car c’est comme cela que l’on peut s’améliorer.
« Briser le tabou » est le lieu ou chacun se présente, annonce ses évènements, bref, c’est la section des visiteurs par excellence.
Restent la Bibliothèque et le Café. Dans la Bibliothèque, chaque membre peut parler et faire découvrir des textes, films, musiques, photos, peintures, sculptures ou même sites web qu’il a aimé. Nous favorisons bien évidemment l’aspect érotique, et beaucoup de sujets donnent lieu à des débats très intéressants sur la perception de l’œuvre et de son érotisme. On s’y échange les bonnes adresses, les dates d’expos, les bouquins incontournables… Comme la plupart de nos lecteurs et des membres du forum ne sont pas, à l’origine, de grands spécialistes d’érotisme, nous découvrons, tous ensemble, ce que cela peut recouvrir.
Enfin, le café est la partie la plus intime du forum. On y montre ses créations, on y parle de sensualité dans la vie quotidienne (Ondes sensuelles, section fermée et à accès limité), on râle, on rit, bref, on se défoule.
L’ambiance du forum est vraiment sympa. C’était l’un des points qui nous inquiétait au début : comment rendre le lieu agréable et parvenir à une ambiance à la fois feutrée, détendue et agréable ? Il semble que le pari soit réussi, là encore grâce aux membres du forum !

MetM : Je me suis laissée dire que comme pour beaucoup d’association, L’AaE a besoin de l’investissement ou de l’aide de tout un chacun pour exister. De quoi avez-vous besoin pour que l’aventure continue ?
De lecteurs ! L’Armoire est surtout connue dans les milieux SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique) parce que le projet est né sur un forum SFFF et ses patronnes fréquentent surtout des forums SFFF. Or l’Armoire n’est pas estampillée imaginaire mais érotique ! Du coup, nous avons du mal à dégager une dynamique de communication qui s’étende à d’autres milieux. Alors si notre projet vous plait, n’hésitez pas à en parler. Vous seriez surpris de voir que l’érotisme, une fois levé le voile de fausse pudeur, passionne les lecteurs.

MetM : Les projets de cet ordre nécessitent une équipe soudée et organisée. Quels sont les membres de l’équipe ? Leur rôle ?
Actuellement, nous sommes quatre : Roanne, Emma, Oph et Chapardeuse.
Pour Piments & Muscade , Roanne et Emma sélectionnent et répondent aux soumissions car Oph et Chapardeuse ne sont pas à l’abri de participer. Ensuite, lors des corrections, elles prennent part aux réjouissances avec une efficacité hallucinante. Oph est également d’une grande aide pour la maquette de couverture et pour travailler les illustrations intérieures.
Pour Vanille Givrée, l’équipe est plus restreinte. C’est le terrain de jeu d’Emma et Oph. Emma choisit les textes, voit avec Oph pour les relectures et pour vérifier que ça ne détonne pas trop – Roanne surveille, quand même ! – et Oph travaille les illustrations (recadrer, extraire un élément pour créer les couvertures et les cadres intérieurs…). Ensuite, Emma secoue le tout dans son petit logiciel de mise en page (un logiciel gratuit : scribus. Ceci n’est pas de la pub éhontée, juste un tuyau pour les apprentis-webzineurs) et hop !

MetM : Quels ont été les moments forts, de joie, de L’AaE jusqu’ici ?
Emma : Sans hésitation, en dehors de sa création, c’est la sortie du premier numéro et le sauvetage réussi du second.
Roanne : Les échos positifs des lecteurs de mon environnement personnel, ceux dont je suis assez proche pour leur en avoir parlé et qui me soutiennent .
Ma grande joie à chaque numéro, c’est aussi de constater l’incroyable façon dont chaque personne s’approprie ses lectures : les raisons qui font qu’un texte plait ou non à un lecteur donné sont dignes d’une recette d’alchimiste.

MetM : Et si ce n’est pas indiscret, quels ont été les moments plus difficiles, les déceptions ?
Le nombre de lecteurs a baissé. Nous avons posé une mise de départ, et nous avons dû reboucher un petit trou dans notre bas de laine. C’est un coup dur, mais nous continuons de nous battre pour que l’Armoire prenne son envol.
Cela ne pourra cependant pas se faire sans lecteurs et si possible d’abonnés pour nous soutenir et surtout soutenir la parution trimestrielle du fanzine.

MetM : Que voudrais-tu dire aux amateurs d’érotisme ?
Lisez ! On parie que ça vous plaira et que vous en redemanderez ! Nos sélections ne sont pas franchement hard pour les lecteurs chevronnés du genre, mais ils s’y retrouveront sur la qualité.

MetM : Et à ceux qui connaissent mal le genre ?
Chers amis, l’érotisme n’est pas seulement « une fille nue dans une position lascive » (anecdote véridique) et nous ne sommes pas des « chaudasses frustrées ». Nous aimons la littérature, nous aimons la vie, et nous sommes sûres qu’avec un tout petit peu de bonne volonté pour lire un texte voire un numéro entier de Piments & Muscade (Vanille étant peut-être trop coquin pour une première approche), vous devriez apprécier. Des textes comme ça ne se lisent pas d’une seule main, ils se dégustent comme une friandise. Pour les lecteurs qui ne se croient pas amateurs de textes érotiques, ils pourraient bien changer d’avis après nous avoir lu !

MetM : Où peut-on trouver l’AaE sur la toile (adresse site, forum, etc.) ?
Notre site se trouve ici : http://armoireauxepices.googlepages.com, vous y trouverez toutes les informations concernant l’association, ses publications, et même un bon de commande !
Notre forum est caché par là : http://armoireauxepices.bbactif.com et nous vous y accueillerons avec joie.

MetM : Et le fanzine Piments et Muscade ?
/////// (cf au dessus)

MetM : Merci d’avoir répondu à nos questions. Nous souhaitons bon courage à toute l’équipe, et longue vie à L’AaE !

Merci à toi, Muse, de nous avoir posé toutes ces questions ! A très bientôt.